Rimatara : l’île veut aussi vire avec son temps et ambitionne d’être labelisée bio

La dernière étape de la visite du Président Edouard Fritch et du Haut-commissaire Dominique Sorain aux Australes fut réservée à l’île de Rimatara. Les autorités du Pays et l’Etat ont été accueillies à l’aéroport par le maire Artigas Hatitio et son conseil municipal.

Puis, l’ensemble de la délégation s’est dirigé vers la mairie de l’île où attendaient la population et les enfants de l’île pour la cérémonie de levée des couleurs et les discours.

Le maire a fait un point sur la gestion de la Covid à Rimatara et a remercié l’accompagnement du Pays et de l’Etat durant toute la pandémie. Les moyens mis en œuvre par le Pays et l’Etat ont été grandement utiles pour protéger la population a souligné le maire dans son intervention. Il a également fait le point des chantiers concernant notamment l’eau potable et le traitement des déchets de la commune.

L’un des aspects remarquables des propos tenus par le maire concerne l’attachement de la population à sa culture et la prise en compte de cette réalité culturelle dans la vie quotidienne et les projets de l’île. Il a fait tour d’horizon de l’importance de l’agriculture traditionnelle pour l’île, le taro, le pandanus, le coprah. A cet égard, l’objectif du maire est de faire de Rimatara une île totalement labellisée BIO.

Le maire a également remercié et félicité le Président Edouard Fritch pour ses annonces faites au sommet de l’océan de Brest en faveur de la protection de notre océan, Rahui Nui. Cependant, tout en étant ancrés dans leur culture et leur identité, le maire et sa population restent ouverts « aux évolutions contemporaines ». Rimatara veut préserver sa culture tout en vivant avec son temps, et trouver de la résilience dans certains outils modernes.