Salon de la gastronomie des Outre-mer : Paris sous le charme de la Polynésie française

Le Fenua a indéniablement impressionné les visiteurs du 7ème salon de la Gastronomie des Outre-mer et des cuisines du monde lors de son inauguration ce vendredi 28 janvier dans la capitale. Cuisine traditionnelle, mais aussi originale, musique, danse et une exposition chargée d’histoire, la culture polynésienne s’est déclinée sous bien des facettes.

Sylviane Ebb, révélation en 2020 du concours culinaire de l’association Ia Vai Ma Noa de Bora Bora, est présente à Paris, grâce au soutien du gouvernement de la Polynésie française pour participer au concours culinaire très relevé « le Trophée de Babette ». Babette de Rozières, créatrice du salon qui, d’ailleurs, ne tarit pas d’éloge sur cette cheffe polynésienne qu’elle juge « remarquable ».

Avant que d’entrer en compétition, Sylviane, installée sur le stand du ministère de l’agriculture, a proposé de délicieux biscuits au beurre de coco germé « ‘Uto », mélange d’ail, maïs et lait de coco ; ainsi que du « niha », de la pulpe de coco roti. Et l’on a vu plus d’une toque de grand chef s’incliner devant un tel savoir-faire, ce qui augure, espérons-le, d’un beau parcours lors du concours dont la finale aura lieu dimanche.

Un peu plus loin, le stand de la Délégation de la Polynésie française accueille des étudiants de Paris qui vendent leurs plats à emporter. Les poissons crus et autres espadons au riz partent comme des petits pains.

Les amateurs d’histoire peuvent, après s’être restaurés, visiter la magnifique exposition culturelle « La plus belle histoire de Tahiti ». Réunissant d’ordinaire près de 1200 pièces et objets polynésiens, elle peut occuper une surface de 700 m2. La cinquantaine de m2 alloués lors du salon n’a pas empêché son producteur Frank Doucet d’étonner par la diversité et la richesse de ses collections exposées. Un marae a été érigé pour l’occasion et une stèle érigée en mémoire des Tamari’i volontaires ont notamment impressionné le public parisien. A commencer par Anne Hidalgo, accueillie sur l’exposition par Caroline Tang, Déléguée de la Polynésie française et Frank Doucet. La mairesse de la capitale a pris le temps d’admirer l’exposition, visiblement surprise de sa grande qualité.

Les amateurs de musiques et danses polynésiennes peuvent admirer les prestations du célèbre Teriitehau Taputu et de ses danseuses et danseurs, ainsi que celles d’Hotu Rau’ori d’Alison Conhoc et Manon So. Le chanteur Francky Vincent a visiblement adoré danser avec de si gracieuses vahinés.

Le salon fermera ses portes dimanche soir et aura proposé d’ici-là deux nocturnes jusqu’à 22h vendredi et samedi.