Un rassemblement oecuménique pour la paix dans le monde et dans les coeurs

Le Président Édouard Fritch, en présence de l’ensemble de son gouvernement, a accueilli ce soir les confessions religieuses de la Polynésie française, invitées à se rassembler dans un moment de communion, pour prier pour les peuples d’Ukraine et de la Russie. Plusieurs membres de la communauté ukrainienne vivant en Polynésie et russophone étaient présents pour ce moment de recueillement et d’émotion.

Dans son mot d’accueil, le président a d’emblée souligné : « La douleur d’un peuple, même situé à 20 000 Km de nos îles, nous touche. Nous sommes Polynésiens, peuple du Pacifique, qui avons un ardent désir de Paix. Les larmes de douleur du peuple ukrainien nous transpercent le cœur. Voir les violences d’une guerre, voir des femmes, des enfants, des personnes âgées crier leurs souffrances à cause d’une guerre qui les dépasse, sont une injustice. », ajoutant : « Ce soir, unissons nos cœurs, unissons nos prières et nos grâces pour accompagner l’œuvre d’amour du Sauveur pour toute notre humanité. »

A l’invitation du président Édouard Fritch, les cinq principales confessions religieuses se sont rassemblées dans la communion sous le grand chapiteau de la présidence, pour alterner prières et chants, mais également des messages de soutien et de réconfort pour le peuple Ukrainien dans la souffrance.

Se sont succédées tour à tour, l’Église Catholique avec Monseigneur Cottanceau, archevêque de Papeete ; la Communauté du Christ, avec le Premier Apôtre Mareva Arnaud Tchong ; l’Église de Jésus Christ des Saints des Derniers jours, avec Elder Riemer ; l’Église Protestante Maohi, avec le pasteur Hinatea a Marotau ; l’Église Adventiste de Polynésie française, avec son président Roger Tetuanui.

La célébration s’est achevée par un mot de remerciement d’une ukrainienne vivant en Polynésie, qui a dit tout l’effroi que connait son peuple dans cette guerre. Puis une prière a été dite en russe par un autre membre de la communauté ukrainienne et russe de Polynésie française. Cette prière a été écrite par un moine de l’Église orthodoxe russe spécialement pour la paix en Ukraine, et fut dite dans un russe ancien que pratiquait les deux peuples avant qu’ils ne soient divisés. La soirée rythmée par Terii Rupea s’est achevée sur une louange commune dite par toute l’assemblée réunie, et ponctuée d’un mot de remerciement du Président Édouard Fritch.