Koh-Lanta, un atout économique en période de crise

Le 12 mars prochain sera diffusée sur TFI  la  nouvelle saison de Koh-Lanta tournée intégralement à Tahaa en novembre 2020.

Koh-Lanta est une émission de téléréalité et d’aventure diffusée pour la première fois sur TF1 le 4 aout 2001. Depuis cette date, 25 saisons ont été diffusées dont 6 éditions spéciales.

Le succès de Koh-Lanta sur le marché français est énorme. L’émission représente une part d’audience de 5 à 6 millions de téléspectateurs chaque vendredi et près de 7 millions lors des finales. En Polynésie aussi Koh-Lanta est un événement télévisuel apprécié par toute la population, particulièrement depuis la participation, à quatre reprises, de notre aito Maohi, Teheiura Teahui, en 2011 dans Koh-Lanta : Raja Ampat en Indonésie, où il arrive en final, en 2012 dans la Revanche des héros au Cambodge, en 2014 dans La Nouvelle Edition en Malaisie et en 2020 dans L’Île des héros aux îles Fidji.

Outre le divertissement apporté aux téléspectateurs tenus en haleine pendant près de 15 semaines consécutives, Koh-Lanta est un formidable outil promotionnel pour l’île où a été produite l’émission. Le 12 mars prochain, trois mois durant, le lagon turquoise de Tahaa, ses motu et son paysage verdoyant exceptionnel offriront, assurément dans le contexte morose métropolitain actuel, à des millions de personnes, un moment d’évasion : de futurs touristes potentiels pour le Fenua, une fois les frontières ouvertes et la crise sanitaire jugulée.

Koh-Lanta c’est aussi des retombées économiques non négligeable pour le pays qui l’accueille. Pour Tahaa, la production a fait travailler directement plus de 200 personnes recrutées localement : 166 personnes de Raiatea, 51 personnes de Tahaa et 5 personnes de Tahiti. Elles ont travaillé dans des domaines aussi variés que la restauration, la construction, la menuiserie, la logistique, la sécurité et le domaine maritime et plus directement à des postes clés de l’équipe de production. Elles ont même été formées ce qui permettra à d’autres productions audio-visuelles de disposer de compétences localement.

Dans le secteur des entreprises, Koh Lanta a fait appel à plus de 90 entreprises, dans les secteurs très variés de l’hébergement, de l’audiovisuel, de la construction, de l’outillage, de la bureautique, du textile, du transport maritime, de la distribution pour n’en citer que quelques-uns. De nombreux indépendants, prestataires d’activité touristique de Raiatea et Tahaa ont également été mobilisés pour le transport des équipes entre les deux îles.

Ce sont ainsi près de 4.5 millions d’euros (soit 537 millions de F CFP) qui ont été dépensés localement.

Koh-Lanta a été, de la préparation des lieux pour le tournage au départ des équipes de production, un véritable appel d’air financier pour les Îles Sous Le Vent, et par ricochet pour la Polynésie, dans cette période particulièrement difficile.

L’investissement du Pays pour une prochaine saison en Polynésie française n’est pas anodin à ce titre. Il viendra soutenir l’emploi local et plus particulièrement le secteur touristique en crise. Ainsi, le retour sur investissement du Pays pour une opération de ce type sera de 1 F CFP du Pays pour 3.5 F CFP injectés par la production de l’émission directement dans l’économie du Fenua pendant la période de production du prochain Koh-Lanta.