Point sur le dispositif « aidant feti’i »

Le dispositif d’accompagnement social innovant dénommé « aidant feti’i » rencontre un franc succès depuis sa mise en place, l’an dernier, pour les ressortissants du RSPF puis du RNS. Les demandes déposées auprès de la DSFE concernent les cinq archipels de la Polynésie française. Le premier bilan présenté au Conseil des ministres en mars dernier a mis en lumière sa double utilité : fidéliser l’accompagnement social de proximité et améliorer la qualité des interventions de l’aidant feti’i et amorcer pour l’aidant une trajectoire d’insertion socio-professionnelle.

S’agissant de l’évolution récente des données chiffrées de l’aide sociale « aidant feti’i », le dernier comité d’évaluation réuni le 15 juin dernier à la DSFE a permis d’exposer les éléments suivants :

  • sur l’ensemble de la Polynésie française, 157 dossiers d’aidants feti’i ont été désormais constitués. 80 demandes ont été formées. L’archipel des îles Sous-le-Vent recense le plus grand effectif d’aidants, dont 37 personnes aux îles Sous-le-Vent déjà titulaires de la formation, 36 pour les îles du Vent et 7 aux Marquises.
  • sachant que la formation doit être dispensée dans les 12 mois du dépôt du dossier de demande d’aide, 77 personnes restent à ce jour programmées pour une formation.
  • on relève également que 88% des aidants feti’i sont sans emploi au moment de leur demande, et que 35% de ces demandeurs inactifs proviennent des îles Sous-le-Vent.
  • Le mois de mai, en sortie de crise sanitaire, a été une période blanche au cours de laquelle aucune demande n’a été enregistrée ;
  • Les demandeurs des archipels des îles Sous-le-Vent et des Marquises bénéficieront selon le planning prévisionnel des sessions de formations sur les mois de juillet et août.