Le lycée agricole des Marquises ouvre à la rentrée

Samedi matin, le président Edouard Fritch, en compagnie de son gouvernement et de l’administrateur d’Etat des Marquises, a procédé à la cérémonie de baptême du nouveau lycée agricole catholique des Marquises qui répondra au nom de Saint-Athanase. La cérémonie a été présidée par mon seigneur Pascal, évêque de l’archipel.

Ce nouveau lycée s’inscrit dans le prolongement du Centre d’éducation au développement (CED), créé en 1998 pour former les jeunes aux métiers agricoles, et dirigé par frère Rémy qui prendra la direction du nouvel établissement. Dans son allocution, monseigneur Pascal a rappelé toute la détermination d’Athanase pour réussir dans sa mission. Il en souhaite autant aux jeunes diplômés qui seront formés et pour lesquels des terrains de l’église seront mis à disposition moyennant un modeste loyer.

Prenant la parole à son tour, frère Rémy a rappelé que l’établissement avait été financé à hauteur de 70% par le Pays qui accompagne le centre de formation depuis 22 ans. Parti avec 6 élèves en 1998, le CED en accueille aujourd’hui 62 et a enregistré 80 inscriptions pour la rentrée.

Frère Rémy a également remercié le Pays pour la prise en charge des déplacements des élèves qui doivent aller faire des stages à Tahiti et Moorea et a souhaité pouvoir disposer d’une assistante sociale pour accompagner les enfants et leurs familles. Il a également souligné la bonne coopération avec le lycée agricole public d’Opunohu.

Le président Edouard Fritch a tout d’abord voulu rappeler l’importance de l’enseignement confessionnel en Polynésie pour la formation et l’éducation des jeunes, en partant de sa propre expérience mais également de celle de nombreux élus politiques. Il a ensuite souligné que son gouvernement portait des ambitions agricoles certaines et que la crise de la Covid-19 avait révélé la nécessité d’intensifier notre autonomie alimentaire.

Le président a enfin confirmé que le dernier conseil des ministres a Hiva Oa avait acté une subvention de 2,3 millions Fcfp pour le transport des élèves et qu’une autre subvention de 40 millions Fcfp serait actée pour l’extension des salles de classe et la rénovation de l’internat. Pour conclure, le président a souhaité pouvoir revenir avec le haut-commissaire pour l’ouverture officielle de l’établissement à la prochaine rentrée.