Le président du groupe Sabena Technics, Philippe Rochet, reçu à la Présidence

Le président du groupe Sabena Technics, Philippe Rochet, et le directeur de l’établissement local de Sabena, André-Yves Nasone, ont été reçus, lundi après-midi, par le président Edouard Fritch et par la ministre du Tourisme et du Travail, Nicole Bouteau, pour exposer la situation des marchés de maintenance des avions de l’Armée de l’air en Polynésie française.

Les employés de l’établissement Sabena Technics de Tahiti–Faa’a sont en grève depuis plus d’un mois à la suite de l’attribution du marché de maintenance des Falcon-Gardian de l’aéronavale à la société Jet Aviation qui n’envisage pas, à ce stade, de reprendre les contrats de travail des salariés existants.

La ministre du Travail, qui a rencontré à deux reprises les représentants du personnel, a également pu s’entretenir avec les responsables de Jet Aviation, venus en mission la semaine dernière, afin de les entendre sur leurs intentions de reprise ou de recrutement du personnel de Sabena Technics. Elle leur a rappelé l’importance que le Pays accorde à l’emploi local d’autant que, sur ce dossier en particulier, les qualifications exigées pour la maintenance des Falcon existent sur place.

Enfin, selon Philippe Rochet, le marché relatif à l’entretien des turbopropulseurs Casa de l’Armée de l’air serait conservé par Sabena Technics, ce qui permettra de sauver une partie des emplois du CIP (Centre industriel de Papeete, pour la maintenance des aéronefs).

Les autorités du Pays ne sont pas insensibles à la situation des employés de Sabena Technics et elles appellent de leur vœux la reprise du dialogue et la finalisation prochaine d’un protocole de sortie de grève.

Soucieux de la tournure que prend ce conflit, pour lequel le Pays est plus sollicité que le commanditaire, le Président Fritch a rappelé qu’il a saisi les plus hautes autorités de l’Etat,aussi bien Florence Parly, ministre des Armées, que Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, pour les alerter sur la situation critique des 95 salariés et de leur famille.