Benoit KAUTAI

Benoit-KAUTEI élu du Tapurahuiraatira à l'APF

« Heureusement que je ne suis pas né dans le Sud ! » Benoît Kautai sourit en le disant, expliquant qu’ils aiment bien se lancer ce genre de petites piques entre maires du Nord et maires du Sud des îles Marquises. Adjoint au Maire depuis 1989, il devient le premier magistrat de la commune de Nuku-Hiva en avril 2003, et il compte rempiler pour un quatrième mandat en se présentant aux prochaines élections municipales, si « Dieu le veut ».

Son cheval de bataille : le développement de l’archipel pour qu’à terme, les Marquises puissent devenir autonomes. C’est d’ailleurs ce qui l’a conduit à se lancer en politique il y a une trentaine d’années.

Attiré par la personnalité de Jacquie Drollet qui faisait alors partie du gouvernement Léontieff, il commence avec le Ia Mana te Nunaa qui prône l’indépendance. Mais comme beaucoup de Marquisiens, Benoît Kautai préfère rester attaché à la France tout en parvenant à être moins dépendant de Tahiti qui centralise toutes les décisions. Et c’est ainsi qu’il se rapproche d’Edwin Pahuatini avec qui il partage la même vision et qui deviendra son mentor.

C’est en 2008, avec la liste marquisienne Te Henua Enana a Tu, affiliée au Porinetia to Tatou Ai’a de Gaston Tong Sang, qu’il fait son entrée dans l’hémicycle de Tarahoi pour un mandat de cinq ans. Mais très vite, avec d’autres élus des îles, dont sa collègue des Marquises Sud Joëlle Frébault, ils créent un groupe à l’assemblée (Te Mana o te mau motu) pour mieux faire entendre la voix des archipels éloignés et peser davantage su l’échiquier politique.

Toujours avec cette volonté de donner un maximum de marge de manœuvre aux tavanas des îles pour mettre en œuvre les politiques publiques de manière plus efficace, il prend son bâton de pèlerin pour rencontrer ses homologues afin de créer une communauté de communes des îles Marquises. Et en 2010, son important travail de terrain est récompensé avec l’aboutissement de ce projet.

De 2013 à 2018 il se consacre essentiellement à sa mairie et à cette communauté de communes. Il se rapproche d’Edouard Fritch qui ne regarde pas la couleur politique pour soutenir les maires dans le développement économique de leur archipel. Edouard Fritch est lui aussi un tavana et ils parlent le même langage : on peut travailler avec le Pays et l’Etat sans pour autant renier ses valeurs et sa culture. Suppléant de Maina Sage aux dernières législatives (2017), il retrouve les bancs de l’assemblée en 2018 avec le Tapura Huiraatira où il préside la commission de l’Agriculture, un domaine qu’il connaît bien pour y avoir travaillé pendant 33 ans.

Mari comblé, papa de quatre enfants, avec deux mootua, il continue à planter et à s’occuper de son faapu dès qu’il peut. Et comme tout bon Marquisien qui se respecte, le « Hakaiki » (maire en marquisien) de Nuku Hiva aime aller à la chasse même si là encore, ses responsabilités politiques lui laissent moins de temps qu’il n’en voudrait.

Contact :
Tél. +689 40 41 61 69/ +689 40 41 61 70
Par courriel [email protected]