Tupai TAAE

Putai TAAE élu du Tapurahuiraatira à l'APF

Putai TAAE est né le 13 août 1961 à Avera – Rurutu. Il est marié, père de trois enfants et cinq petits enfants.

Comme beaucoup de familles originaires des archipels éloignés, à l’époque, ses parents sont en quête d’un meilleur avenir à Tahiti. Ils s’installent d’abord dans le quartier Tuhaa Pae de Papeete, puis à Faa’a où le jeune Putai suit sa scolarité à Saint-Hilaire. Mais très vite, il comprend que l’école n’est pas faite pour lui ! « La lumière ne s’allumait plus… », dit-il sur le ton de la plaisanterie.

A 16-17 ans, il quitte donc le système scolaire pour aller travailler sur les chantiers du BTP en qualité de maçon. Il faut dire que sa stature de colosse en impose, lui permettant ainsi de cumuler les métiers manuels et sa passion pour le va’a au sein du club Nuutere quand il n’est pas dans le faapu à travailler la terre.

1979, la famille de Putai TAAE élit domicile dans la commune de Papara. Sa proximité avec le tavana d’alors, Mitou Lehartel, lui ouvre les portes des services municipaux où il occupe successivement un poste de jardinier et de pompier-ambulancier à partir de 1981, et ce jusqu’à sa retraite en 2014.

Sa carrière professionnelle, d’une part, mais également ses fonctions de diacre à la paroisse protestante de Papara, vont grandement faciliter la prise de contact avec la population. Aussi, une fois l’inéligibilité de Bruno Sandras prononcée moins d’un an après sa prise de fonction (mai 2014-octobre 2015), Putai TAAE est élu maire de Papara.

Deux ans auparavant (2013), Putai TAAE avait fait son entrée – discrète – à l’assemblée de la Polynésie française. Comme beaucoup d’autres, le représentant-maire adhère au mode de gouvernance insufflé par le nouveau président du pays, Edouard Fritch, ainsi que l’intérêt qu’il porte pour les communes en tant qu’acteur économique à part entière. Un ralliement qui s’avère payant puisque le tavana de Papara parvient à obtenir le concours financier de la collectivité dans plusieurs projets qui lui tiennent à cœur comme, par exemples, la baisse du prix de la cantine scolaire, l’installation de l’éclairage public sur le réseau routier principal ou encore l’achat du terrain de l’école primaire de Tiamao.

Putai TAAE n’est pas homme à faire de beaux et grands discours mais il sait ce qu’il veut pour ses administrés.

A Tarahoi, il est membre-secrétaire de la commission législative « Agriculture », domaine qu’il affectionne particulièrement en tant qu’élu d’une commune à vocation rurale.

Contact :
Tél. +689 40 41 60 37 / +689 40 41 60 82
Par courriel [email protected]