Cérémonie de baptême du Terevau Piti

Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, a assisté, lundi en fin de journée, à Fare-Ute, à la cérémonie de baptême du navire Terevau Piti.

La cérémonie s’est déroulée en présence notamment du haut-commissaire, Dominique Sorain, du ministre du Logement, en charge des transports interinsulaires, Jean-Christophe Bouissou, de plusieurs membres du gouvernement, et du sénateur Teva Rohfritsch.

Outre une ligne audacieuse, le Terevau Piti est un concentré de nouvelles technologies et de services adaptés, comme la dématérialisation des connaissements qui fait écho au logiciel Ravatua de la DPAM (direction polynésienne des affaires maritimes), les réservations des billets en ligne, le wi-fi à bord, le tout allié à un grand confort et à la possibilité de déjeuner durant les traversées.

Le navire pourra transporter 675 passagers entre Tahiti et Moorea, et 450 passagers lorsqu’il desservira les îles Sous-le-Vent. Il pourra emporter 350 tonnes de fret, 110 véhicules ou 65 véhicules et 10 poids lourds, le tout à une vitesse de croisière de 15 nœuds. Au total, ce sont pas moins de 27 emplois directs qui ont été créés pour la mise en service de ce nouveau navire.

Le Pays a en effet souhaité que les armateurs puissent s’engager dans le renouvellement progressif de leur flotte, car les goélettes qui desservent les îles sont pour certaines issues d’une autre époque. Désormais, il existe une véritable concurrence sur la ligne entre Tahiti et Moorea, avec deux navires à grande vitesse (le Terevau et l’Aremiti 6), et deux ferrys (le Terevau Piti et l’Aremiti Ferry 2).

Il y a de la place pour tous, car la ligne entre Tahiti et Moorea représente un trafic moyen de 1,8 millions de passagers par an, 147.000 véhicules, 66.000 motos, près de 45.000 vélos et plus de 14.000 poids lourds transportés. Ces chiffres portent Papeete à la cinquième place des ports français et donnent une idée de l’importance du trafic entre Tahiti et l’île sœur.

Au-delà de la desserte de Moorea, le Terevau Piti viendra également renforcer la desserte des îles Sous-le-Vent, ce qui sera très utile pour le développement de cet archipel principalement tourné vers le tourisme et l’agriculture. Le Terevau Piti viendra en complément de l’Apetahi express et des goélettes qui assurent pour l’essentiel, sur cette ligne, le transport du fret lourd. Désormais, toutes les iles des îles Sous-le-Vent seront desservies en ligne directe maritime depuis Papeete.

Les investissements pour ce navire ont été importants: 3,3 milliards Fcfp, au total, pour le Terevau Piti. Le Pays et l’Etat ont accompagné ce projet en leur accordant la défiscalisation qui était indispensable à la viabilité de ce projet, celle-cis’élèvant à 1,4 milliard Fcfp pour la défiscalisation nationale et à 1 milliard 355 millions Fcfp pour la défiscalisation locale. Les sommes sont à la hauteur des enjeux et représentent presque les trois-quarts de l’investissement.

C’est ainsi un message fort du Pays que de soutenir ces investissements à long terme qui vont impacter positivement les habitants des îles en apportant plus de sécurité, plus de confort, plus de choix. La qualité de service à l’usager est tirée vers le haut. Elle est le fruit également d’une saine émulation entre les différents opérateurs qui partagent une même visiondu développement de ces îles.

Le Terevau Piti est arrivé après un long périple qui l’a conduit de son chantier naval à Vigo, en Espagne, d’où il est parti le mercredi 28 avril dernier, jusqu’à son port d’attache, Papeete, via le canal de Panama, où il est arrivé un mois plus tard, le 26 mai dernier.