Présentation du programme PROTEGE au CESEC

Dans le cadre d’une démarche d’information des forces vives du Pays sur les programmes européens mis en œuvre en Polynésie française, et notamment du programme PROTEGE, une réunion de présentation s’est tenue, jeudi, au Conseil économique, social, environnemental et culturel (CESEC).

Un bilan succinct de la coopération entretenue de longue date entre l’Union européenne et la Polynésie française a été présenté aux représentants du CESEC. S’en est suivi une présentation du Projet régional océanien des territoires pour la gestion durable des écosystèmes (PROTEGE).

Ce projet de coopération régionale pour les quatre pays et territoires d’outre-mer (PTOM) du Pacifique (Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Wallis et Futuna et Pitcairn) est financé par l’enveloppe régionale du 11 ème Fonds européen de développement (FED) à hauteur de 36 millions d’euros, soit environ 4,3 milliards Fcfp, pour la période 2018-2022.

Il vise à construire un développement durable et résilient des économies des PTOM face au changement climatique, en s’appuyant sur la biodiversité et les ressources naturelles renouvelables. A cet effet, il intervient sur quatre thématiques: l’agriculture et la foresterie, la pêche côtière et l’aquaculture, l’eau et les espèces envahissantes.

PROTEGE vient ainsi en appui des politiques publiques des quatre PTOM du Pacifique associés à l’Union européenne. Il est mis en œuvre par la Communauté du Pacifique (CPS) et le Programme régional océanien pour l’environnement (PROE) qui travaillent en étroite collaboration avec les services impliqués du Pays, la Direction de l’agriculture (DAG), la Direction des ressources marines (DRM) et la Direction de l’environnement (DIREN).

A mi-parcours du projet, de nombreuses actions sont lancées tant à l’échelle de la Polynésie française qu’à l’échelle régionale. Sur le thème « agriculture et foresterie », un réseau de sept fermes de démonstration est par exemple constitué et vise à accompagner la transition agroécologique des exploitations au moyen d’investissements, d’expertises et d’échanges entre agriculteurs. Dans le domaine aquacole, PROTEGE appuie la DRM dans la mise en place d’un réseau d’observation du milieu marin pour accompagner le développement d’une aquaculture et d’une perliculture durables. La gestion participative des ressources récifo-lagonaires est également soutenue au travers du renforcement des zones de pêche réglementée (ZPR).

Sur le thème « Eau », PROTEGE devrait prochainement permettre à la DIREN d’instrumenter la rivière Fautaua afin de suivre la qualité de ses eaux. Enfin, le projet intervient notamment sur le site UNESCO du Paysage Culturel Taputapuatea, aux côtés de la DIREN et de la Direction de la culture et du patrimoine (DCP), pour lutter contre les espèces végétales envahissantes et restaurer la végétation patrimoniale du site.