Assemblée : discours du Président dans le cadre de l’arrêté des comptes 2020

Le Président Edouard Fritch, a prononcé un discours, jeudi matin, à l’Assemblée de la Polynésie française, à l’occasion de la clôture du cycle budgétaire 2020 au travers de l’arrêté des comptes.

« Si nous devions résumer en un mot cette année, je retiendrais l’adjectif ‘ exceptionnel ‘. En effet, l’année 2020 fut en tout point exceptionnelle, que ce soit à l’échelle internationale, nationale et bien évidemment à l’échelle locale, mais aussi sur plusieurs plans : économique, sociale, sanitaire et même politique. ,» a déclaré le Président.

Cette année hors norme a été marquée surtout par la pandémie et la crise sanitaire sans précédent causée par la Covid-19, les conséquences économiques liées aux mesures sanitaires et aux restrictions de circulation qui ont été mises en œuvre par les Etats (confinement, fermeture des frontières, couvre-feu, etc), mais aussi la réponse rapide et puissante des pouvoirs publics. Jamais les entreprises et les ménages n’ont été autant aidés pour surmonter ce type d’épreuve. Le « quoi qu’il en coûte » a connu une illustration concrète via les multiples dispositifs de soutiens publics ainsi déployés, tant au niveau de l’offre que de la demande. « C’est grâce à ces mesures que je qualifie d’historiques que l’année 2020 a été ‘ moins pire que prévue  », a souligné le Président.

Toutes les ressources budgétaires de la collectivité ont été mobilisées pour, simultanément, assurer l’intégralité des charges liées à la gestion de la crise sanitaire (quarantaines, évacuations sanitaires, achats de matériel, réalisation des tests, etc…), mais elles ont aussi permis de soutenir les entreprises fragilisées par la mise en place de dispositifs tels que le DIESE, le DESETI, les CAES, le CSE, les RES, l’IE, l’IS, etc.

« Ces mesures de solidarité sont à l’image des valeurs de partage et de solidarité portées par notre peuple. C’est conforme au fait que les Polynésiens ont toujours le souci de leurs frères. Et, il est important de rappeler à tous, que dès la fermeture des frontières, la réaction a été immédiate : le gouvernement a présenté à votre assemblée des dispositifs d’urgence de préservation de nos acteurs économiques d’une part, et des mesures de soutiens aux plus fragiles et aux plus démunis d’entre nous, d’autre part. Dans le même temps il a élaboré en urgence un collectif budgétaire permettant de faire face, de manière la plus réactive possible, aux incertitudes budgétaires que nous allions traverser. », a rappelé le Président.

Dès la sortie de la période de confinement, un troisième collectif a été proposé afin de modifier le budget de la collectivité, pour prendre en compte la baisse des recettes fiscales. Dans ce collectif, les crédits nécessaires pour le financement des premières mesures de relance et de soutien du tissu économique ont également été intégrés.

Le Président a également indiqué que l’agence de notation Moody’s vient de confirmer, lors de la dernière publication « opinion de crédit » en date du 21 mai 2021, les notations de long terme A3 et de court terme P2 de la Polynésie française. L’agence a souligné le fait que la collectivité est entrée dans la crise avec un niveau de réserves important et un encours de dette particulièrement bas.

« Ce qui a fait notre force et ce qui fera notre force demain, c’est, d’abord notre stabilité politique, puis au-delà du rôle démocratique de chacun des groupes politiques, c’est l’adhésion de tous aux valeurs polynésiennes de partage et de solidarité – Te here, te aroha e te au-taeae, et enfin, le dialogue retrouvé et le soutien exceptionnel du Gouvernement du Président Macron.  Soyez assurés de notre détermination collective à œuvrer en ce sens et à nous tourner vers l’avenir et le bien de tous. », a conclu le Président.